Accueil > Recherche > Équipes & Axes de Recherche > Ribonucléoprotéines virales, incorporation du génome et assemblage - R. Marquet & J.C. Paillart

Ribonucléoprotéines virales, incorporation du génome et assemblage - R. Marquet & J.C. Paillart


Notre équipe s’intéresse particulièrement à deux virus : le VIH-1 et les virus influenza A, principaux responsables du SIDA et de la grippe, respectivement.

  • Au niveau mondial, la pandémie de SIDA à commencé à refluer grâce à la prévention et aux traitements : les nouvelles infections par le virus de l’immunodéficience humaine (VIH) ont diminué de 35 % depuis l’an 2000, les décès liés au SIDA ont reculé de 42% depuis le pic de 2004 et l’accès aux thérapies anti-VIH a augmenté de 84% depuis 2010 (http://www.unaids.org/).
  • Les multi-thérapies actuelles sont très efficaces, mais présentent malgré tout des limitations importantes :
    • Elles ne permettent pas d’éradiquer le virus et doivent être administrées à vie.
    • Elles sont toxiques.
    • En présence d’un traitement sous-optimal, le virus acquiert progressivement des mutations de résistance qui les rendent inopérantes.
    • Un nombre croissant de personnes sont infectées par des souches du VIH résistantes aux antiviraux actuellement disponibles.
  • Notre but est de mieux comprendre les mécanismes moléculaires de la réplication virale et les défenses cellulaires innées contre le VIH-1, afin d’identifier de nouvelles cibles pharmacologiques pouvant déboucher sur de nouvelles stratégies antivirales. Notre groupe s’intéresse tout particulièrement aux étapes du cycle réplicatif du VIH-1 au cours desquelles l’ARN joue un rôle central.

La grippe saisonnière tue en moyenne 250 000 et 500 000 personnes chaque année, dont 2 000 à 3 000 en France. En 2015, elle a cependant tué 24 000 personnes rien qu’en France. Il existe trois types de virus grippaux : A, B et C. Les cas de grippe sont principalement dus aux virus de type B et surtout à ceux de type A. Ces derniers sont aussi occasionnellement à l’origine de pandémies pouvant être extrêmement graves, comme la grippe espagnole (1918-1920, 30 à 100 millions de morts), la grippe asiatique (1957, 1 à 4 millions de morts) et la grippe de Hong-Kong (1968, 1 million de morts).

  • Les virus influenza appartiennent à la famille des orthomyxoviridae. Leur ARN génomique de polarité négative est constitué de 7 (virus influenza C) ou 8 segments (virus influenza A et B) dont un exemplaire est empaqueté dans les particules virales.
  • Notre but est d’élucider les mécanismes moléculaires qui permettent l’encapsidation sélective de ces segments d’ARN, ainsi que ceux régulant le réassortiment génétique entre deux virus influenza A infectant une même cellule.

Nos travaux bénéficient du soutien de l’ANRS, de SIDACTION et de ANR

Cette rubrique ne contient aucun article.