Accueil > Présentation > Mot du Directeur

Mot du Directeur

par lioudmila - publié le , mis à jour le


Les thèmes de recherche développés dans l’Unité 9002 du CNRS portent sur la biologie du monde de l’ARN. Les ARN sont en effet à la base de nombreuses fonctions biologiques (régulation de l’expression génique, traduction, ou infection virale). Ils remplissent leurs fonctions notamment en adoptant des structures spatiales particulières qui leur permettent d’interagir avec leurs partenaires de manière coordonnée. Ces structures contrôlent de nombreux processus biologiques par des mécanismes d’interaction très sélectifs qui sont loin d’être élucidés et dont l’étude ouvre de multiples perspectives tant fondamentales qu’appliquées.

Les thématiques

Nous étudions tout particulièrement les mécanismes de l’expression génique au niveau post-transcriptionnel ainsi que de nombreux aspects de la machinerie traductionnelle. Nos études concernent aussi bien le monde viral que bactérien (E. coli, staphylocoques, thermophiles, …) ou qu’eucaryote (levure, anophèle, mammifères, …). Une préoccupation majeure est la compréhension de mécanismes moléculaires dont le dysfonctionnement est lié à diverses pathologies (rétrovirus et SIDA, cancer, métabolismes du fer et du sélénium, maladies génétiques, pathologies d’origine mitochondriale, …).

Nos compétences

Même si le champ thématique structurant de l’unité est centré sur la molécule d’ARN dans tous ses états et dans toutes ses formes, les approches utilisées sont pluri- et transdisciplinaires et font appel aux compétences de chercheurs ayant une formation de base en biologie, biochimie, chimie et physique. Ils couvrent la biologie structurale, moléculaire et cellulaire, la bioinformatique, ainsi que la chimie et la physico-chimie. Grâce à cette alliance entre génétique, biologie moléculaire et cellulaire, biochimie, biophysique, bioinformatique et génomique, les études centrées sur l’ARN nous permettent une compréhension évolutive de phénomènes biologiques du moléculaire au phénotypique.