Institut de Biologie Moléculaire et Cellulaire IBMC CNRSLe CNRSAccueil INSBAutres sites CNRS
A.R.N.
Architecture et Réactivité de l'arN
I.C.T.
Immunopathologie et Chimie Thérapeutique
R.I.D.I.
Réponse Immunitaire et Deéveloppement chez les Insectes
Publications de A.R.N. Publications de I.C.T. Publications de R.I.D.I.
Séminaires de A.R.N. Séminaires de I.C.T. Séminaires de R.I.D.I.
Emploi/Stages A.R.N. Emploi/Stages I.C.T. Emploi/Stages R.I.D.I.
Accueil Imprimer Contact Plan du site Credits Plug-ins
Accueil > Présentation

Présentation de l'IBMC

L’Institut de Biologie Moléculaire et Cellulaire est constitué des UPR 9002, UPR 3572 et UPR 9022, Unités Propres de Recherche du CNRS. Un tel regroupement d’unités de recherche, bien que développant des thématiques distinctes, favorise les interactions entre scientifiques d’origine et de formation différentes de façon à permettre l’émergence de nouveaux programmes de recherche faisant appel à des compétences croisées. En outre, le rassemblement des trois Unités sous un même toit conduit à une mise en commun de certains matériels et techniques et à un développement rationnel de plateformes méthodologiques.

 

Le champ thématique structurant les équipes de l’UPR 9002 (Architecture et Réactivité de l’ARN, ARN) est centré sur la molécule d’ARN dans tous ses états et toutes ses formes. L’ARN, molécule omniprésente dont les fonctions structurales, catalytiques et régulatrices sont multiples, a infiltré tous les champs d’étude de la biologie. L’UPR 9002 se penche sur l‘étude des relations structure-fonction gouvernant l’expression génétique, tant au niveau traductionnel que post-transcriptionnel, aussi bien dans le monde bactérien, que chez les archées et les eucaryotes. Une attention particulière est portée sur l’implication de l’ARN lors de diverses pathologies. Les approches utilisées sont transdisciplinaires, alliant la génétique, la biologie structurale, moléculaire et cellulaire, la chimie, la biochimie, la biophysique, la bioinformatique et la génomique.

 

Les insectes, comme tous les invertébrés, se défendent très bien contre les infections microbiennes en utilisant uniquement une réponse immunitaire de type inné. L’UPR 9022 (Réponse Immunitaire et Développement chez les Insectes, RIDI) utilise la drosophile comme modèle pour étudier l’évolution de cette réponse immunitaire innée. Chez la drosophile, les mécanismes de défense consistent principalement en une réponse humorale qui comprend la synthèse rapide et la sécrétion dans le sang d’une batterie de peptides antimicrobiens à large spectre, actifs contre les bactéries et les champignons. Ils constituent les effecteurs de la réponse humorale. Il existe au moins deux voies de contrôle distinctes, permettant respectivement l’induction des peptides antifongiques et antibactériens.
L’UPR 9022 est divisée en quatre équipes qui travaillent à élucider ce système immunitaire chez la drosophile et une cinquième équipe qui s’intéresse à la compréhension de la capacité du moustique Anophèle à se défendre contre le parasite de la Malaria.

 

L’objectif général de l’UPR 9021 (Immunologie et Chimie Thérapeutiques, ICT) est de comprendre les fondements moléculaires et cellulaires de la réponse immunitaire et ses dysfonctionnements dans le but de définir de nouvelles voies thérapeutiques d'immuno-intervention ciblées dans le traitement de pathologies autoimmunes, tumorales et virales. La plupart des stratégies développées visent à moduler des interactions ligands-récepteurs cellulaires ou ligands-récepteurs moléculaires. Le laboratoire s’appuie sur des approches d'immunologie, de biologie cellulaire et moléculaire, de chimie organique et de pharmacologie, d'études structure-fonctions, de physiologie, d'expérimentation animale et d'imagerie cellulaire.